Les humains vivaient en Amérique du Sud il y a 24 000 ans

Une équipe internationale, à laquelle a participé le chercheur espagnol de l’Institution Milà i Fontanals (IMF-CSIC) Ignacio Clemente-Conte, a trouvé à Vale da Pedra Furada (Brésil) un outil en pierre vieux de 24 000 ans qui réfute l’idée largement répandue selon laquelle les premiers colons sont arrivés en Amérique du Sud il y a au moins 15 000 ans.

image

Cette découverte, qui confirme l’occupation humaine au cours du Pléistocène dans cette région d’Amérique du Sud, a été publiée dans la revue PLOS ONE.

L’objet trouvé a entre 27 600 et 24 000 ans et sa fonction n’a pas encore été précisée par les chercheurs, qui ont fouillé le site pléistocène de Vale da Pedra Furada (Piauí, Brésil), où ils ont trouvé des preuves archéologiques d’une occupation humaine entre 40 000 et 5 000 ans avant le présent.

Dans cette fouille, les archéologues ont trouvé 2 200 artefacts lithiques, dont l’analyse par carbone 14 ainsi que l’analyse par OSL (Optically Stimulated Luminescence) des sédiments qui les entourent ont révélé que la couche dans laquelle se trouve l’outil a entre 27 600 et 24 000 ans.

Tous les artefacts lithiques ont été fabriqués sur du quartz ou du quartzite, mais l’un d’entre eux se distingue par sa grande taille et ses modifications sur les deux faces, et présente des caractéristiques techniques jusqu’alors inconnues sur les sites paléo-américains.

Il s’agit d’une dalle de grès limoneux bien cimentée, de 21 centimètres de long, 18,5 centimètres de large et 2,9 centimètres d’épaisseur, qui a été sculptée par des artisans avec une forme hexagonale et symétrique. Selon les archéologues, cette pièce est sans doute de création humaine et révèle une nouveauté technique lors de l’occupation pléistocène de l’Amérique du Sud.

“Jusqu’à présent, l’archéologie nord-américaine officielle considérait que les premiers colons étaient arrivés en Amérique il y a 15 000 ans, or, l’artefact découvert ici a été trouvé dans l’un des niveaux archéologiques qui ont entre 27 600 et 24 000 ans”, a résumé Ignacio Clemente-Conte.

En outre, les archéologues reconnaissent cinq étapes distinctes de transformation technique dans la fabrication de l’instrument, ce qui indique que l’artefact a pu avoir plusieurs processus d’utilisation. Si le caractère intentionnel de cet artefact est “indiscutable”, sa fonction reste énigmatique, selon les chercheurs, qui ajoutent qu’il peut s’agir d’un simple objet d’usage, ou probablement d’une fonction symbolique.

Cela expliquerait à la fois son caractère unique parmi les ensembles d’outils de la couche archéologique à laquelle il appartient, ainsi que le fait qu’il n’a pas été trouvé ailleurs.

Selon Clemente-Conte, ce qui rend sa découverte exceptionnelle, c’est son ancienneté, puisque, si elle n’est pas la plus ancienne, elle est l’une des plus anciennes d’Amérique du Sud. En plus de Vale da Pedra Furada, il existe d’autres établissements comme celui de Chiquihuite (Mexique), vieux de plus de 30 000 ans, et le site de mastodontes de Cerutti (Basse-Californie), vieux de 130 000 ans, qui démontrent l’existence d’établissements en Amérique plus anciens que ce que l’on croyait il y a encore quelques années.

Cette nouvelle découverte apporte donc des informations importantes sur une occupation humaine au cours du dernier maximum glaciaire (26 500-19 000 ans BP), contredisant la théorie communément admise d’une occupation humaine post-glaciaire de l’Amérique du Sud et confirmant l’existence d’occupations humaines dans cette région au cours du Pléistocène.

L’outil trouvé est conservé au Musée de l’homme américain de Sao Raimundo Nonato (Piauí), à la Fundação Museu do Homem Americano.

Voir aussi le projet du CNRS